Écoutez !
 

CAFE AU LAIT AU LIT
(P. Dudan/P. Dudan)

On prend l’café au lait au lit
Avec des gâteaux et des croissants chauds.
Prendre l’café au lait au lit
C’que ça peut êtr’ bon, nom de nom !
Par la fenêtre on entend des vaches dans les champs,
Oli olé ! Vive le café au lait !
Dans la montagne, on entend
Les montagnards tout contents
Yodler li o li o lé ! You hou !!

Les cafés crème dans les bars de Paris,
On les connaît, on les aime.
Chaque Parisien un beau jour en a pris
Et reprend toujours les mêmes.
Mais quand viennent les vacances,
Il suffit de s’en aller
Dans la montagne où l’agence
Nous dit qu’on fabrique du bon lait.
On arrive. Que c’est beau !
Voilà les vaches, les veaux ! et les oiseaux !
Les hôtels, les jardins
Les prairies, les sapins !… et chaque matin

Les petites femmes qui s’promènent dans Paris,
On les connaît, on les aime.
Il suffit d’en voir une seule qui sourit
Pour aimer toujours les mêmes.
Mais le hasard des vacances
Un jour peut nous faire cadeau
D’une belle fille dont l’innocence
Vient partager notre dodo…
Nous voilà bien au chaud…
qu’il est bon, qu’il est beau,
Not’ nid d’oiseau !…
On embête les voisins
Le soir quand tout s’éteint
(pourquoi ils éteignent aussi, ces crétins !)
Et chaque matin…

Und jetzt kommt die deutsche version !

Trinkt man Kaffee komplett
Im Bett !
Zum Hörnchen ein Ei
Und manchmal auch zwei !
Morgen’s Kaffee komplett im Bett
So gut schmeckt er nie,
Sakradie !
Leise vom Tale es schallt
Kuh Glocken nahe am Wald…
O li O lé ! O der gute Kaffee !
Von froher Hirten Gesand,
Hört man den jodelden Klang…
Yodler li o li o lé ! You Hou !!

Et quand on rentre à Paris,
On est encore un peu gris…
D’avoir trop de café…
(où ça ?… je vous le donne en mille !)
au lit ! You hou !!
You hou !!